Arrivée au BDC, le boulevard des Chasseurs, en 1990

Nous ne sommes pas arrivés à Courdimanche, en 1990, par hasard. Une collègue de travail de ma mère avait déménagé d’Asnières-sur-Seine à Courdimanche, et en leur faisant une visite de courtoisie, ma mère a eu le coup de foudre pour le cadre de vie de Courdimanche, pour cette ville à la campagne.

Cette ville a conquis le cœur de ma mère. Elle voulait un dépaysement, une ville pour nous, que les lieux d’enseignement soient accessibles pour nous, qu’on puisse aller seuls à l’école. La sécurité était aussi un objectif pour ma mère. Et une promotion pour elle, sociale et culturelle. Un rêve d’avoir un pavillon à Courdimanche.

De mon enfance je garde le souvenir d’être choyée, des hivers auprès de la cheminée.
J’ai eu cette chance.